art, Créativité, Liste, Non classé

INSTAGRAM: 4 influences positives sur ma vie!

Je suis arrivée très récemment sur Instagram, le réseau social photographique. Je m’amuse à photographier ce que j’aime.

Photo de Tracy Le Blanc sur Pexels.com

J’utilise plutôt ce média comme un journal de bord, un carnet photos de mes émotions, de mes pensées, de l’état de mon moi intérieur.

Au départ, cela provenait de l’envie de partager sur mon métier. Mais je me suis vite aperçue que c’était extrêmement réducteur et que, sur le monde du théâtre et de mes ateliers notamment, je n’avais rien à dire, presque rien à montrer.

Et puis j’avais envie d’un espace rien qu’à moi où j’oublierais le travail un instant.

En quelques petites années, voici ce que Instagram m’a apportée.

  1. Je me suis remise au dessin

Un jour, j’ai pris conscience que mes abonnements à de nombreux comptes étaient liés au dessin. Je m’abonne sans cesse à des pages d’artistes dont j’aime le travail, j’enregistre les idées, les tutos mais sans jamais passer à l’action!

Je ne m’abonnais jamais à des pages de metteurs en scène, de comédiens ou même de théâtres.

Je me suis donc rendue à l’évidence… Je devais absolument me remettre à créer de mes mains! Instagram était un début avec le choix de mes photos. Et cela suffisait à me réjouir! Cependant, je devais arrêter de baver devant les illustrateurs et autres créateurs en passant à l’action!

Création personnelle- juin 2022

Le levier action s’est enfin enclenché cet été après une séance surprenante avec ma coach de vie Julie Charlet.

Si la curiosité vous en dit, je vous mets le lien vers son travail ici, sur Instagram bien sûr!

2. Faire court et simple

Avec Instagram, je mets en pratique ce que je répète sans cesse à mes élèves: « faites court et simple ». Je n’attends pas de longs discours qui n’en finissent plus, se perdent dans les limbes de l’imagination parfois un brin débordante.

Avec Instagram, c’est pareil. Une photo qui a vraiment du sens pour moi, quelques lignes à l’image des haïkus dans lesquelles j’essaie de limiter le nombre de mots utilisés pour que la photo reste la star. Un peu comme les cartouches dans les musées qui présentent les œuvres d’art.

3. Un lien formidable pour le réseau local

Très basiquement je suis en lien avec les professionnels Valentinois et plus largement de la Drôme. Que se soient des libraires, des artisans, des coachs comme Julie Charlet ou encore des lieux d’exposition.

J’ai ainsi réalisé combien une belle com visuelle est tellement plus simple pour faire passer des messages. Et combien j’y suis sensible!

C’est ainsi que j’ai pu découvrir des petits coins sympas pour un déjeuner ou un goûter: ici l’exemple de Tamper et Yummy.

Ou encore suivre le travail de ma copine Bemmy Bee, cartonniste passionnée et à fond dans le bijou en perles de papier ou la création de carnets en papiers recyclés.

Egalement Soyons Elégantes, coach en image Incarnation, avec qui j’ai suivi une formation.

Enfin la boutique de seconde main « Au petit bonheur » dont j’avais déjà évoqué le nom dans un précédent article sur le style et dont les story sont souvent pleines d’humour.

4. Instagram met en lien avec les artistes du monde entier!

Récemment je me suis passionnée pour Les copains zen. Ce compte m’a décomplexée totalement de mon envie de perfection dans le dessin.

Car non, je n’avais pas besoin que ce soit parfait, mais comme je l’ai dit à ma coach, j’aimerais juste faire des splashs de couleurs, jeter de grands seaux de peinture sur des toiles gigantesques.

Un de mes premiers dessins inspiré par Les copains zen

Avec les copains zen, l’essentiel est le moment , le voyage dans notre créativité, dans le lâcher-prise avec la non- attente absolue du résultat.

Pareillement, j’apprécie l’artiste Maheswari Arulkumar qui m’a donnée de nouvelles idées créatives et la possibilité d’utiliser encore la couleur à l’infini. La précision de son travail est incroyable, j’ai des heures d’entraînement à rattraper!

Pour conclure

Quel que soit le réseau social auquel vous êtes abonné.es, chacun dans son style et son orientation première peut vous apporter quelques bénéfices à votre vie personnelle et professionnelle.

Comme je le disais dans l’article « J’ignore donc je sais », il suffit d’une dose de discernement et savoir ce que je veux et surtout ce que je ne veux pas pour ne pas tomber dans les travers d’internet.

Le vie est immense et courte, amusons-nous!

Photo de Daria Shevtsova sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s