Lifestyle, Non classé

J’IGNORE, DONC JE SAIS

Récemment, j’ai admis mon ignorance.

Contexte:

J’ai 40 ans, entrepreneure depuis une dizaine d’années et toujours eu peur des chiffres, des comptes, des termes administratifs et fiscaux. Parce que je ne sais pas. Parce que depuis ma plus tendre enfance les mathématiques et moi, on fait 3. Parce que au fil des années j’ai développé un complexe d’ignorance scientifique.

Bien sûr, en grandissant, en maturant, j’ai appris à dépasser ce complexe. J’ai par exemple découvert et compris que j’appréciais les articles dédiés à la recherche scientifique. Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik est en parti responsable de cette ouverture. Grâce à lui, le champ lexical et la sphère dédiée aux neurosciences deviennent accessibles au plus grand nombre. Lire ou écouter devient agréable. Nourrir mon cerveau dit de « littéraire » à partir d’informations scientifiques devient un plaisir et une satisfaction personnelle.

Photo de Pixabay sur Pexels.com

C’est en ouvrant un peu mes connaissances au monde scientifique, que je me suis rendue compte de toutes les réflexions philosophiques que cela engendre. A partir d’une recherche médicale tant de questions éthiques se mettent à pointer le bout de leur nez! On entre dans le domaine de la vie, de la mort, de la souffrance physique et morale, de ce qui est juste ou ne l’est pas, des inégalités de traitements entre les humains issus de milieux différents mais aussi des inégalités de soins entre nous et le monde animal ou végétal.

Est-ce que je m’éloigne de mon sujet de base? je ne pense pas. J’ignore donc je sais m’amène à un point de réflexion que je ne soupçonnais pas. Ce dont je suis certaine à l’instant où j’écris, c’est que j’ai pris de l’assurance dans mes convictions, mes pensées. Elles balbutient encore, s’entraînent dans leurs premiers pas comme le petit enfant mais je suis sereine avec elles.

Et récemment j’ai admis mon ignorance.

Défalquer… Un bien vilain mot pour mon réseau neuronal. Pendant des années…

Bref, récemment j’ai osé admettre que je ne savais pas vraiment ce que signifiait le terme « défalquer ». J’en avais l’idée, mais jamais je ne l’utilisais. Jamais, au cours de discussions autour des impôts ou des charges entrepreneuriales, je n’ai osé dire à mon interlocuteur.trice, que je ne comprenais pas sa question « tu défalques tes frais kilométriques? » Et encore, en écrivant cela je me rends compte que ce n’est clairement pas naturel pour moi de le prononcer.

C’est en lisant la newsletter de Louise Budgets, que j’ai admis mon ignorance suite à une de ses vidéos sur ses débuts dans l’entrepreneuriat. (D’ailleurs, peut-être que je vous parlerai un peu plus de son travail dans un article dédié à l’apprentissage via Youtube).

Toujours est-il que j’ai rédigé un retour de mail à sa lettre d’info. Besoin d’exprimer mon ignorance de quarantenaire! Et quel bien fou j’ai ressenti en exprimant ma petite honte personnelle! Et quelle satisfaction de lire dans la newsletter suivante sa courte introduction: « défalquer= soustraire »

Alors merci à vous Louise, si toutefois vous entriez ici parce que vous avez vu la lumière allumée. Merci, car grâce à votre travail, au premier pas que vous avez franchi, vous avez permis à un grand nombre de personnes d’être décomplexées face à l’argent et à sa gestion parfois… complexe.

Les bienfaits de l’ignorance

Photo de Karolina Grabowska sur Pexels.com

Etre ignorant.e peut nous faire passer bien à côté de choses belles, importantes, intéressantes voire même vitales.

Nous pouvons ignorer par manque de moyens, selon le contexte social, culturel, économique, par manque de temps aussi. Ils peuvent créer un cocktail à multi-facteurs d’ignorance. Et pensons-y: nous sommes tous l’ignorant.e de l’autre. Mais cette ignorance, bienfaitrice, nous amène à la curiosité. Elle nous guide toujours vers des ouvertures insoupçonnées sur le monde.

Dès l’instant ou cette prise de conscience a lieu, où nous savons que nous ne savons pas, les cartes de l’apprentissage sont entre nos mains.

Voici 4 exemples de sujets que j’ai choisi de creuser pour ma vie personnelle ou professionnelle.

1. Gestion budgétaire: j’ai découvert la chaîne Youtube hyper pédagogique et bienveillante de Louise Budgets.

2. Sécurité informatique: thématique sur laquelle je me sens très vulnérable: je suis en pleine lecture de 24 heures dans une vie (pas si) privée de Pierre GAUTIER DE LAHAUT avec des exercices pratiques pour clore l’ouvrage.

3. Parfumerie et travail d’un nez: fascinée depuisl’adolescence par le métier de nez, j’ai toujours voulu en connaître les secrets. J’écoute le podcast de Fragonard. Passionnant!

4. Storytelling: j’ai suivi une formation en ligne gratuite via openclassrooms. Au-delà du storytelling, cette mini formation m’a également initiée au sketchnoting et à la carte mentale. 3 domaines sur lesquels je prendrai le temps de revenir plus tard pour approfondir et m’exercer d’avantages.

Et également les univers du zéro déchet et du minimalisme, le métier de libraire (peut-être un jour ouvrirais-je ma propre librairie), les artistes qui proposent des tutos faciles d’accès sur Instagram, les pros de la prise de son ou du blogging…

Voila, j’éprouve une soif d’apprendre inextinguible (=qui ne s’éteint pas) et c’est délicieux!

Image personnelle

Livres ou blogs?

Entre les livres qui restent ma référence numéro 1 parce que je suis une inconditionnelle du papier, et internet qui regorge d’experts offrant souvent gracieusement leur savoir, je suis parée pour ne plus ignorer! Alors entre les 2, vers où mon cœur balance?

Les 2 mon capitaine!

Chacun a ses avantages comme ses inconvénients.

Les livres:

Les livres peuvent se trouver dans tous les formats, faciles à emporter en pièce unique ça devient plus compliqué lorsqu’il faut voyager avec l’encyclopédie universelle. Mais leur odeur est tellement rassurante! Le livre est pour moi un compagnon de route. Lorsque j’en regarde certains, je me souviens exactement de l’endroit et la date auxquels je les lisais

Internet:

Quant aux blogs et vidéos, des millions d’articles et de vidéos en ligne, des milliards d’informations. Un océan qui demande du discernement afin de faire la part du vrai et du faux en pratiquant le recoupement d’informations. Une fois que nous sommes certain.e.s de l’honnêteté et de la véritable expertise du site en question, GO! Internet a ça de bon: mettre en lien les personnes avec les savoirs. Offrir une bibliothèque quasi illimitée!

Donc plus aucune excuse pour rester dans le noir! Cours d’anglais ou de salsa, cuisiner une quiche, comprendre les étiquettes d’un produit ménager ou encore dresser son chien ingérable? Tu trouveras ton bonheur j’en suis certaine!

Alors c’est parti mon kiki!

Je te souhaite une belle journée pour assouvir ta soif de savoir!

Pssst!

Je t’invite à lire l’article que je dédie à mon retour à la lecture tout comme le premier article sur le thème « lecture inspirante #1 ».

8 réflexions au sujet de “J’IGNORE, DONC JE SAIS”

  1. ah, ne pas savoir. Cela me fait penser à une vidéo que je viens de voir : finalement l’humain est trop petit pour comprendre l’univers, mais il est trop grand pour voir et comprendre l’atome. On est toujours trop… Peut-être devons nous revenir à l’essentiel et donc à notre intuition ?
    OpenClassroom, livementor… des sites très inspirants pour les auto-entrepreneurs.
    Merci pour ton article.

    J’aime

    1. Merci Marine cette belle réflexion. l’intuition… J’essaie tellement d’y venir ou d’y revenir… Et peux-tu nous donner la référence de ta vidéo? La curiosité m’appelle!
      Bonne soirée!

      J’aime

      1. Oh je pense que c’est une vidéo de Prune de prune… Peut-etre une réédition sur les dinosaures… C’est assez hard comme vidéo, mais je te conseille les livres de Lilou Macé sur l’intuition : https://www.toutvabienmarine.fr/le-defi-des-100-jours-mission-de-vie-par-lilou-mace/
        Sinon, j’ai moi-même fait une vidéo pour trouver ses réponses : https://www.toutvabienmarine.fr/5-facons-davoir-les-reponses-a-ses-questions/
        Au plaisir d’échanger ❤

        J’aime

  2. Savez vous pourquoi les rails de chemin de fer , des trains à Grande Vitesse , sur les axes Nord Sud et Sud Nord , sont plus usés du côté Est de la voie ? ( Ceci étant vrai pour La France et tous les pays de l’hémisphère Nord … !

    J’aime

      1. Absolument pas une blague : c’est la conséquence d’une force bien connue , découverte en 1885 par l’ingénieur Gaspar Gustave Coriolis et qui porte son nom : la Force de Coriolis. Cette particularité naturelle est extrêmement importante pour les prévisions météorologiques, et régulièrement utilisée pour la navigation aérienne et marine .

        J’aime

  3. En lisant ton texte, me revient en mémoire la chanson de Jean Gabin, « je sais » et dont la fin dit simplement : « aujourd’hui je sais que je ne sais pas ». Édifiant !
    J’ai aussi découvert l’aspect pédagogique de YouTube, les différents et très intéressants docs dont j’ai été surprise par l’intérêt qu’ils ont suscités en moi.
    C’est un formidable pas en avant que d’admettre son ignorance, d’avoir surtout la modestie de l’admettre. Ça veut dire qu’on peut encore se laisser surprendre par tout ce qui nous entoure.
    Je veux encore apprendre jusqu’à mon dernier souffle.
    Et tout compte fait, internet est un formidable outil….quand on sait s’en servir !

    J’aime

Répondre à Marine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s